Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Philatélie Passion

La Poste Aérienne et ses timbres

17 Avril 2021 , Rédigé par Claude Publié dans #Histoire de l'aviation, #Histoire de la Poste allemande

Etiquette d'envoi de courrier par poste aérienne -  dite "JEIA" (Joint Export Import Agency. Cette étiquette  était requise entre le 1er mai et le 19 octobre 1948 pour l'envoi d'une lettre à l'étranger par voie aérienne. Le timbre d'approbation a été délivré sous forme de carnets de timbres aux entreprises - notamment aux entreprises d'exportation - en quantités limitées.
À l'époque, les particuliers allemands ne pouvaient pas envoyer du courrier à l'étranger par la poste aérienne qu'au moyen d'aérogrammes (lettres légères de la poste aérienne). L'instruction officielle figurant sur le livret était la suivante : "Les étiquettes adhésives contenues dans ce livret autorisent l'utilisation du courrier par poste aérienne à des fins commerciales uniquement et doivent être apposées sur le côté gauche de l'enveloppe, si possible, de manière à ne pas interférer avec l'adresse. L'utilisation abusive pour l'envoi de lettres aériennes privées ou la transmission des étiquettes adhésives à d'autres entreprises non autorisées entraînera le retrait de l'autorisation".

Les premiers véritables timbres de poste aérienne du Reich allemand sont apparus en juillet 1919 : 10 Pfennigs : cor de poste ailé ; 40 Pfennigs : biplan des débuts de la poste aérienne. À l'époque, les machines de guerre transformées étaient utilisées pour le transport du courrier et des passagers.

Timbres de la série ultérieure de la poste aérienne, les trois valeurs à 1, 5 et 100 Marks avec la représentation d'une colombe stylisée. Comme la stylisation était un peu ratée selon l'opinion des collectionneurs de l'époque, l'oiseau a été appelé "pigeon de bois" et ce nom est resté pour la série jusqu'à aujourd'hui - même le catalogue répertorie ces timbres sous le nom de "pigeon de bois".

Avions Focke Wulf Condor, Blohm et Voss BV 139 et Junkers JU 90.

Cette série commémore le 25ème anniversaire de l'ouverture de la première ligne régulière de courrier aérien Belin-Weimar en 1919 :

6 + 4 Pfennigs : avion commercial et postal quadrimoteur Focke-Wulf "Condor" FW 200, qui effectuait à l'époque des vols Berlin-New-York sans escale ;

12 + 8 Pfennigs : avion postal longue distance (avec flotteurs) Blohm et Voss BV 139 ;

42 + 108 Pfennigs : Junkers JU 90 "Der Grosse Dessauer", à l'époque le plus grand avion terrestre du monde.

Avion Heinkel He 70 "Blitz"

Avion Heinkel He 70 "Blitz" sur timbre spécial à 40 Pfennigs pour le "10e anniversaire de la fondation de Deutsche Luft Hansa".
Au début des années 30, l'aviation civile allemande a pris un grand essor. La Luft Hansa s'est dotée d'une génération d'avions entièrement nouveaux. L'un de ces avions était le He 70 "Blitz", un monoplan à aile basse élégant et profilé, avec un train d'atterrissage rétractable et une cabine pour quatre passagers. Le He 70 a été salué comme l'avion commercial le plus rapide du monde. La production s'est élevée à 28 machines civiles des différentes versions. Luft Hansa, qui devient Lufthansa en 1934, utilise ces avions pour le trafic intérieur allemand et pour les services de distribution du courrier sur les routes de l'Atlantique.

Très utilisés, comme le "pigeon de bois" dans les années 1920, les timbres de poste aérienne de la RDA représentent un avion à réaction et une lettre. Les timbres de ce modèle ont été utilisés de 1982 à 1990.

Enveloppe commémorative du premier courrier aérien régulier Weimar-Berlin, affranchie avec le timbre de 25 Pfennigs de la série "100 ans d'Union postale universelle" - avion à réaction, en arrière-plan biplan historique - le même biplan qui est illustré sur l'enveloppe et qui a été utilisé pour transporter le courrier de Weimar à Berlin et retour. Avec cachet spécial "WEIMAR 1 / 5300 / Première poste aérienne Weimar-Berlin 1919 / 500 ans de service postal / biplan stylisé".

compteur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article